Souvenir d’arithmétique en politique (Par Amadou Tidiane Wone)

Dakarmidi – En réfléchissant à la remise en contexte de l’action politique dans notre pays, j’ai fini par circonscrire la cause de tous nos maux au constat suivant: il y’a trop de Généraux et pas assez de fantassins au sein de l’opposition sénégalaise! En un mot, comme en mille, l’opposition sénégalaise souffre de sa division et du morcellement de ses forces. Ce constat établi, je me suis demandé :

Que ne se mettent-ils tous dans un ordre de bataille coordonné jusqu’au dernier virage des élections présidentielles pour choisir, parmi eux, celui qui, par son comportement d’ici là, aura fait la démonstration de son leadership et de son sens du jeu collectif?

À cette interrogation, j’ai trouvé diverses explications allant des inimitiés historiques aux dissensions idéologiques, des intérêts marchands aux égos surdimensionnés. Avec tout un faisceau d’autres raisons pas toujours catholiques ni…musulmanes(!) qui expliquent certains retournements de situations au sein de notre classe politique. Et puis dans mon sommeil, décidément hanté par un ardent désir de voir notre pays mûrir enfin, une fulgurante réminiscence de mes rares souvenirs en calcul ( comme on appelait les maths à l’école primaire) m’est apparue comme un début de solution : Rechercher le PPDC… le Plus Petit Dénominateur Commun !

Ce que je viens de découvrir en l’appliquant à la Politique , c’est que la recherche de ce PPDC devrait être la tâche prioritaire des leaders politiques de l’opposition et celle des forces sociales qui aspirent au changement:
Rechercher le plus petit dénominateur commun sur tous les sujets d’enjeu national pour fonder et bâtir une force apte à pousser une nouvelle dynamique, innovante et triomphante!

Cet exercice devrait être confié à une commission rassemblant des représentants de partis politiques et des différentes forces sociales du pays qui aspirent à un véritable changement dans notre pays. Cette commission se subdiviserait en sous commissions thématiques pour étudier, secteur par secteur, les problèmes à résoudre et esquisser des solutions pratiques, pragmatiques et efficaces. Ce travail achevé dans des délais rigoureux, serait validé par chacune des organisations représentées et constituerait une plateforme d’actions urgentes et concertées pour le changement.
Il ne s’agirait pas d’une œuvre littéraire longue et inapplicable. Il s’agirait d’un guide efficient listant les mesures prioritaires à prendre, pour restaurer les meilleurs pratiques, dans tous les secteurs d’activité de notre pays, en vue d’une exploitation judicieuse de nos ressources, humaines et naturelles, dans l’intérêt de la majorité de notre Nation.

Ce préalable réglé, il resterait à faire un casting pour sélectionner les meilleurs profils pour mettre en œuvre la plateforme. De la manière la plus objective possible. Enfin, on pensera à choisir un capitaine d’équipe qui briguera la Présidence de la République sur la base d’une charte éthique et morale contraignante. L’équipe qui sera autour de l’élu sera au service du pays et non d’une personne. Elle devra exécuter les attendus de la plateforme, bâtie sur des fondations solides et profondes.

Telle est ma proposition pour engager une dynamique victorieuse et collective en 2019 et qui, au delà d’une coalition électorale ( on a vu ce qu’il en reste), scellera une véritable fusion des forces vives de la Nation pour une mise à jour de notre « indépendance » et la mise en orbite de notre pays pour les générations à venir. Un pacte inter-generations de responsabilité et de progrès pourrait être scellé pour mettre fin aux bavardages et mettre tout le monde au travail!

Je rêve de faire partie des ouvriers engagés sur ce chantier! On commence quand?

Amadou Tidiane Wone