Macky Sall et l’ombre du baobab – pouvoir comme opposition doivent y occuper une place aux fins d’un Sénégal stable

 

Dakarmidi – Le baobab est un symbole fort dans la tradition africaine. Sous ses branches se dresse une ombre, où les hommes se réunissent pour parler des affaires de la cité. Le dialogue au Sénégal est plus qu’urgent, et le camp présidentiel est conscient que sans cet échange, loin de toutes tergiversations, la situation du pays risque de se dégrader, et peut même conduire au syndrome de 2011, qui plane sur nos têtes en permanence. Gérer un pays n’est pas une mince affaire. Il faut beaucoup de culture générale pour pouvoir tremper sa main avec succès dans toutes les situations qui se présentent à l’analyse. Or, vous l’aurez remarqué, durant les 06 années passées à la tête du pays, Macky Sall même s’il a toujours appelé au dialogue, n’a jamais mis les formes requises pour son effectivité. On ne peut pas priver au peuple de humer la brise de mer, de pêcher dans ses eaux ou encore de s’éloigner de ses rives et avoir au retour la paix et la conscience tranquille. Dans les jours à venir, si le Président de la République, ne prend pas personnellement les devants pour appeler à un dialogue sincère et constructif, il risque de se heurter aux pôles d’opposition très puissants qui vont sans nul doute le conduire au second tour de la présidentielle de 2019, ou pire encore, le priver carrément de second tour, et cela serait le pire séisme politique de l’histoire de notre si jeune démocratie.

La rédaction