Législatives – Diagne Fada : ” L’irruption de notre mentor nous a porté préjudice “

Dakarmidi – La tête de liste nationale de la coalition ” Manko Yessal Senegaal ” reste convaincu que depuis 1988, le Sénégal n’a jamais connu des élections aussi mal organisées que celles du 30 juillet 2017. Modou Diagne Fada a diagnostiqué hier jeudi, les résultats de sa formation politique aux législatives.

” Depuis 1988 et 1996, on a jamais assisté à des élections aussi mal organisées. Beaucoup de sénégalais ont disposé de leurs cartes mais n’ont pu faire le vote. Ce qui a été constaté à Touba et en Côte d’Ivoire est déplorable. Des superviseurs de l’Union Africaine et de l’Union Européenne sont partis déçus. Ils ne s’attendaient pas à ce que le Sénégal puisse donner une telle image “, a confié Modou Diagne Fada face à la presse.

L’ancien ministre de l’Environnement se félicite aussi du score de ” Manko Yeesal Senegaal ”  lors du scrutin législatif ” nous avons eu un score qui nous place en tête parmi les héritiers de Abdoulaye Wade. Dans certaines contrées du pays, des libéraux qui nous étaient favorables ont préféré donner leurs voix à Wade, prétextant lui donner une dernière chance “.

Appréciant la venue du Secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (Pds) et sa participation à la campagne Fada dira ” L’irruption de notre mentor nous a porté préjudice. Ce qui montre que nous sommes ses héritiers légitimes. Et aux prochaines joutes électorales, nous serons en mesure de récupérer nos vrais électeurs. Je ne peux pas devancer Wade, je ne veux pas devancer Wade, mais le Pds si. Les Sénégalais ont voté pour Wade, et non pour le PDS ” , poursuit-il.

Et quant à la sortie du président de la République, Macky Sall, qui félicitait son ministre de l’Intérieur concernant l’organisation des élections législatives, il est d’avis que ce dernier ne peut que se lancer dans ce genre de jeux car, ” Macky Sall est dans la politique, il sait que son ministre n’a pas bien travaillé. Le cas contraire, il serait obligé de le libérer “.

La rédaction