Les écoles Yavuz Selim ou l’alibi d’un discours incohérent ! (Par Bamba Ndiaye)

On aura tout entendu au Sénégal avec une classe intellectuelle débitant un discours incohérent pour ne pas dire purement opportuniste.
De nouveaux disciples de Fethullah Gülen ont pris leurs trompettes pour chanter les vertus d’une nouvelle secte dont le guide fondateur n’est autre qu’un citoyen turc, réfugié depuis 1999 en Pennsylvanie, aux Etats-Unis d’Amérique ! Il aurait quitté subrepticement son pays pour échapper aux enquêtes de l’armée turque, alors détentrice du pouvoir…
Allié de l’Akp,(Parti pour la Justice et le Développement) parti islamiste dirigé par Recep Teyyip Erdogan en 2002, Gülen est accusé par son ancien allié d’être l’instigateur du coup d’Etat avorté de juillet 2015.Une série de mesures sont prises par le gouvernement turc. Les écoles et autres organisations humanitaires, pilotées à travers le monde, par les disciples discrets, mais efficaces, de Fethullah Gülen dont notamment le réseau scolaire Yavuz Selim, présent au Sénégal, depuis maintenant deux décennies, doivent être transférées à la fondation turque « Mâarif Waqf ».
Il n’en fallait pas plus, pour qu’une agitation sans précédent, se déclenche, pour défendre avec véhémence, la secte de Fethullah Gülen et vouer aux gémonies le régime de Recep Tayyip Erdogan ! Le discours incohérent de ces pourfendeurs de la Turquie moderne se manifeste par leur immixtion dans la politique intérieure turque, tout en demandant à l’Etat du Sénégal, de s’abstenir de la faire !
Dans ce lot, je pourrai citer Maître Assane Dioma Ndiaye qui a essayé de plaider la cause de Gülen en ayant comme seul argument de brandir que : « dire que le mouvement Gülen est une organisation terroriste, c’est dire implicitement que les USA hébergent un terroriste. » !
Oubliez-vous Maître, que les Etats-Unis avaient, en son temps, protégé et même soutenu Oussama Ben Laden, qu’ils ont fini, eux-mêmes, par accuser de terroriste , pourchasser et tuer de manière, on ne peut plus, cruelle.
Vous dites Maître que « Le Sénégal ne doit pas accepter de sacrifier ses fils dans un combat qui n’est pas le sien ». Ce combat entre la secte de Fethullah Gülen et le Gouvernement turc, n’est pas non plus le vôtre. Il me revient l’idée de vous dire, Maître, vous et vos acolytes, que la meilleure manière de garantir et de défendre la scolarité de vos enfants sénégalais est de vous battre plutôt pour une école d’inspiration authentiquement sénégalaise, efficace et performante. Se battre pour que des Turcs puissent rester au Sénégal et éduquer nos enfants, sur la base des enseignements d’un penseur turc, fut-il un grand musulman, ne me paraît pas un combat d’honneur qui mériterait que nos illustres intellectuels enfourchent leurs chevaux pour faire acte de bravoure voire plutôt d’allégeance…Je sais que les enfants de la plupart d’entre vous, étaient inscrits dans les écoles Yavuz Selim, tout comme mon propre fils y fut inscrit, mais de là à croire que les disciples de Gülen soient les seuls à pouvoir fournir un enseignement de qualité, à nos enfants, il y a comme un fatalisme défaitiste dont je ne pourrai que m’en désoler !

Mamadou Bamba Ndiaye

Ancien Ministre des Affaires religieuses
Et Président du Mouvement pour « Une Afrique Debout »