Bombardier lance un ultimatum au promoteur, Assane Ndiaye

Dakarmidi – Les nuages s’amoncèlent sur le combat devant opposer Bombardier à Eumeu Sène. Si Assane Ndiaye, ne le régularise au niveau du Cng avant la fête de la Korité, il devra faire sans Bombardier. C’est l’ultimatum que l’écurie Mbour donne au promoteur.

Plus on approche de la fin de la saison de lutte 2016-2017, plus la faisabilité du combat Bombardier – Eumeu Sène se complique. Le non-respect des clauses contractuelles définissant les droits et obligations du promoteur à l’endroit des lutteurs est en cause. Et c’est peu de dire que le feu couve dans la case du promoteur Assane Ndiaye. Le combat royal dont il s’enorgueillit depuis près d’un an et qui promettait d’être le sommet de la présente saison de lutte ne tient plus qu’à un fil. Le promoteur n’aurait pas joué franc avec l’une des parties et risque de s’en mordre les doigts. L’écurie Mbour, dont la patience a atteint ses limites, est finalement montée sur ses grands chevaux. «Fini le temps de grâce. Si le promoteur tient à ce que ce combat ait lieu, qu’il le régularise au plus tard, avant la fête de la Korité», déclare Pape Dia, frère et agent de Serigne Dia «Bombardier».

La régularisation du combat au niveau du Cng suppose que le promoteur s’acquitte de ses obligations contractuelles. Seulement, selon le manager de Bombardier, Assane Ndiaye traîne toujours les pieds. «Le contrat a été signé en septembre 2016. A l’occasion, le promoteur nous avait fait une avance. Après, il était prévu que le reste de l’argent nous soit versé par tranches. Ce qu’il (Assane Ndiaye) n’a toujours pas fait. Et, il ne cesse de retenir des dates pour le combat. Il avait annoncé la date du 4 avril, puis celle du 21 mai. Maintenant, il nous parle encore du 13 août, sachant que la saison de lutte 2016-2017 sera fermée le 31 juillet. Il dit avoir introduit une demande de dérogation au ministère des Sports pour organiser le combat, le 13 août, alors que le combat n’existe pas encore aux yeux du Cng», crache le grand frère du «Roi des arènes».

Le promoteur n’est donc pas au bout de ses peines. Même s’il venait à décrocher la dérogation lui permettant de programmer son combat le 13 août, il devra passer à la caisse avant la fête de la Korité (prévue ce dimanche 25 ou lundi 26 juin). C’est une exigence du camp de Mbour. «Un combat d’une si grande importance ne peut se préparer en moins de 45 jours. Si le combat n’est pas régularisé d’ici à la Korité, le promoteur peut faire une croix sur nous. Bombardier ne préparera pas un combat en moins de 45 jours. C’est impensable», tonne Pape Dia. Quid de l’argent déjà encaissé ? «Dans ce cas, le promoteur perd l’argent déjà avancé. L’avance qu’il nous a donnée a servi de caution dans l’utilisation du nom et de l’image du lutteur pour faire la promotion de son combat. Si on en reste là, c’est le promoteur qui perd», prévient le manager du Mbourois.

L’OBS