À Ahmed Khalifa Niass (Par Sheikh Alassane Sène)

Honorable exégète,

Il m’est facile aujourd’hui  de vous écrire cette lettre car par esprit de dialogue et de partage, vous avez attiré mon attention sur la bonne interprétation des textes et sur le sens élevé que doit avoir le débat entre doués de raison. L’injure infécond ne peut dans ce cas que se soustraire de cet échange sacro-saint qui parle de foi, de tempérance et d’herméneutique de la soumission à Dieu, de Dieu, l’Exalté, de ses illustres envoyés avec à leur tête, leur maître, le Prophète Muhammad (psl), la quintessence de la sainteté, votre illustre grand père.

Alors un tel débat ne saurait inventer une illusion, loin de toute hérésie, bien au contraire il interpelle directement l’esprit, le chaos semé par les affameurs et autres interprètes de textes. Vous avez attiré l’attention du grand public qui suit l’univers des textes et ceux qui occupent les médias à longueur de journée, et cela a suscité naturellement un grand débat entre esprits conquérants, esprits fertiles et esprits incultes. Vous avez redonné de l’espoir à ceux-là qui avaient pensé que Dieu leur avait définitivement tourné le dos à cause de leurs attitudes et démarches antérieures.

Vous n’avez pas dénaturé l’interprétation du Saint Coran bien au contraire vous apprenez au quotidien aux autres, la masse que nous sommes, à comprendre la nature de ce noble livre. Et tous ceux qui s’aventurent à vouloir démonter vos connaissances intelligibles n’ont malheureusement pas la capacité intellectuelle requise pour produire des textes à la hauteur de l’éclosion de vos exégètes.

Au demeurant, au-delà de vos analyses perceptibles, seul le savoir dans sa quintessence devrait être l’outil à disposer pour vous répondre. Et ceux qui en détiennent, rare est leur nombre d’ailleurs, ne le feront point, car étant sur la même longueur d’onde et de dimension que vous. Vous avez donc occupé la tribune des consciences par une vaste panoplie de connaissances pour vous adresser en leurs noms et au nom de la probité, à l’esprit, à l’homme, à sa dimension de foi, à sa soumission à Dieu, aux embouteillages qui perturbent souvent le trafic dans son cœur, bien implanté au cœur de l’univers des doués de raison, et pourtant, Dieu ne parle qu’à ces derniers!

De nos jours le parachutage en terme de connaissance est d’une telle simplicité que d’aucuns sans beaucoup de bagages intellectuels pensent pouvoir, à travers un temps d’antenne, critiquer ceux qui s’attaquent à leur connaissance souvent décharnée. La raison voudrait être dans un jardin qui aiguaie le cœur, le rallume et le vivifie à tout moment, et non le contraire.

À travers vos prêches limpides et explicites, vous avez voulu simplement dire que l’espoir est permis aussi bien pour cet homme qui le croit déjà acquis que pour celui qui a baissé les bras, car redoutant avoir commis des péchés irrémissibles. Dieu dans son infinie miséricorde vous donne l’opportunité de redresser les errements commis à travers cette floraison de médias, et vous avez bousculé leurs manières de corrompre les consciences et déclenché chez ceux qui les suivaient une introspection et un éveil.

Pour nous injecter de l’espoir, vous avez percuté leur commerce si florissant et pourtant qui tourne avec peu de marchandises ; et cela, seul un homme de grande connaissance de votre dimension pouvait le réussir. Vous avez pour noble mission de nous sauver de leur « galéjade », alors, sauvez-nous!

Shastycom